Login

Lost your password?
Don't have an account? Sign Up

Qu’est-ce qui rend les relations amoureuses de plus en plus compliquées ?

Qu'est-ce qui rend les relations amoureuses de plus en plus compliquées ?

De multiples raisons sont, à mon avis, en cause dans l’évolution actuelle des relations amoureuses à laquelle nous assistons.

  • Le couple ne remplit plus tout à fait les mêmes fonctions que par le passé. Même si encore de nombreuses relations fonctionnent sur l’idée d’une construction (de famille notamment) et d’engagement, une autre majorité se profile qui s’installe dans des relations de type CDD ou intérim. La tendance individualiste instillée par capillarité par la culture ambiante amène une nouvelle représentation des relations et de leurs usages et fonctions. Le droit au bonheur et à la liberté sont tels des étendards brandis, notamment par les jeunes générations mais pas uniquement. La recherche est désormais avant tout au plaisir, certainement plus au compromis, à l’effort, au sacrifice, à la projection dans le temps, souvent nécessaires pour une relation pérenne. Non, parce que le temps, nous n’en avons plus. La vie passe vite, le futur est inquiétant et plus qu’incertain, la Vie, c’est donc maintenant. Nous sommes pressés. La résistance à la frustration est devenue une peau de chagrin. Le plaisir et la satisfaction se doivent d’être immédiats, faciles à obtenir. D’un clic. Et puis on s’ennuie vite, alors on renouvelle, pour plus d’excitations, de sensations (sommes-nous devenus accros à la Dopamine ?).

  • Puisque tout se fait dans l’instantanéité et d’un clic, pourquoi pas les relations amoureuses ? Internet regorge de conseils et stratégies pour trouver l’amour, comme si on pouvait le trouver sous le sabot d’un cheval à l’instar d’une commande Amazon. Véritable choix ou illusion du choix ? La marchandisation de l’amour et des relations va bon train, avec ses succès et ses échecs. Nous croyons que mille partenaires potentiels sont simplement à dénicher dans la jungle numérique, qu’à force de tourner les pages de ces catalogues virtuels, nous allons trouver l’amour de notre vie (pour celles et ceux qui le cherchent). Une relation ne fonctionne pas ? Pas grave, nous pensons que des centaines d’autres nous attendent derrière. Zapping facile à orchestrer mais déceptions fréquentes à l’arrivée. Les choses restent souvent en surface et l’idée de creuser, de prendre le temps de “rencontrer” s’affaiblit au profit de la promesse d’une rencontre plus “excitante”. Souvent vaine…

  • L’évolution des mœurs, le “désencadrement” des religions et d’une certaine morale culturelle ont ouvert par ailleurs les portes des recherches et des aspirations en grand. Aujourd’hui, tous les formats sont acceptés (globalement) existent et cohabitent : relations exclusives de longue durée, relations exclusives de courte durée successives, relations polyamoureuses, relations “ouvertes”, hétérosexuelles, bisexuelles, homosexuelles. Profusion de candidats, de formats mais aussi par conséquent d’attentes. Et les attentes de l’un(e) ne sont pas forcément celles de l’autre.

  • Cette évolution sociale est venue également avec la diffusion massive des informations, qui a ouvert la voie à s’interroger sur le bien-fondé ou le bien-être présent ou non dans la relation, à mieux pouvoir se situer. Nous sommes bien mieux informés sur nos droits, nos possibilités, l’existant.

  • Rajoutons la perte des repères sur le masculin et le féminin, l’autonomisation des femmes par le travail et la contraception, la procréation assistée. Les femmes n’ont plus besoin d’un homme pour les faire vivre ou les protéger ou même leur faire un enfant. L’équilibre en place depuis très longtemps dans les relations hommes-femmes est totalement ébranlé. Les hommes ne savent plus vraiment ce que veulent les femmes ou ce qu’elles attendent d’une relation, les femmes ne veulent plus des hommes “machos” ou dominants (la majorité d’entre elles). Elles n’admirent plus les hommes pour les mêmes raisons. Elles quittent plus facilement les hommes qu’avant puisqu’elles pourvoient elles-mêmes à leurs besoins. Chacun cherche à nouveau sa place.

  • Quand la relation est établie, encore faut-il la nourrir, la faire vivre, y consacrer du temps, du soin. Mais nous manquons de temps. Nous parons au plus urgent, au plus pressé, le travail bien souvent quand ce n’est pas le monde des écrans qui nous accapare. Nous sommes sous pression, sous stress dans nos vies, nous sommes moins disponibles à l’autre.

  • À l’instar des millénials dont le credo est la location plutôt que la propriété, la tendance est à la culture du jetable. On s’engage facilement parce qu’on sait qu’on peut se dégager facilement (divorce en hausse et dont les procédures sont facilitées, PACS). On rompt par SMS ou téléphone, pour ceux qui s’en donnent encore la peine.

  • Et puis la peur bien sûr vient s’immiscer dans le tableau. La peur d’ouvrir son cœur, d’avoir mal (à nouveau ?), la peur de l’altérité, de la différence, la peur de donner, d’être étouffé pour les uns, la peur d’être rejeté, abandonné, “ghosté” pour les autres (= quitté sans explications). Alors, on s’implique moins, on ose moins, on s’engage moins, on est sur le qui-vive.
    Certains ont décidé de rester célibataires, pour vivre autrement, sans contraintes, parfois sans enfants, pour être plus “légers”. Ou bien parce qu’ils sont découragés. Le nombre des célibataires est en augmentation constante.

Il y a certainement d’autres raisons, je ne prétends pas être exhaustive, le phénomène est complexe. Certains psychologues disent aussi qu’on sur-analyse trop la relation, qu’on intellectualise tout, qu’on recherche la petite bête.

Force est de constater que nous avons placé haut notre droit au bonheur, au bien-être, au développement personnel, à la liberté. Ce qui en soit n’est pas une mauvaise chose. Cette évolution nous montre aussi que nos besoins fondamentaux sont peut-être nourris suffisamment. Que nous ne sommes plus prêts à tout accepter dans une relation.

Je ne m’aventurerais pas à donner des conclusions hâtives sur ce phénomène. Ce que je sais, c’est qu’un nouvel équilibre est à trouver dans les relations hommes-femmes, que les relations amoureuses sont à réinventer. Un retour en arrière semble impossible.

En espérant que dans le futur, chacun puisse y trouver son compte.

Crédit photo : Pixabay